Baromètre 2021 de l’OEB : record de demandes de brevets ; la France, 2e pays le plus innovant d’Europe

08/04/2022
Les demandes de brevets déposées auprès de l’Office européen des brevets ont augmenté de 4,5 % en 2021. Les technologies numériques et médicales constituent les principaux moteurs d'innovation. La France conserve son deuxième rang européen, derrière l’Allemagne. Comme en 2020, l’Hexagone se distingue particulièrement dans le secteur des transports.
Baromètre OEB 2021_principaux-demandeurs-de-brevets

L’Office européen des brevets (OEB) vient de publier son baromètre annuel : il a enregistré 188 600 demandes de brevets en 2021, soit 4,5 % de plus que l’année précédente. Un rebond significatif, après un léger recul des demandes en 2020, qui permet à l’OEB d’établir un nouveau record, selon le baromètre Patent Index 2021.

Avec 10 537 demandes de brevets, la France conserve sa deuxième place européenne et son cinquième rang mondial des pays déposants le plus de demandes de brevets à l’OEB. Le classement général est cette année encore dominé par les États-Unis (46 533 - 25 % des demandes), suivis de l’Allemagne (25 969 - 14 %), du Japon (21 681 - 11 %), de la Chine (16 665 - 9 %) et de la France (6 %).

De plus en plus de pays non européens, principalement asiatiques, cherchent à protéger leurs inventions sur le marché européen. La part des brevets issus d’Europe décroit ainsi depuis plusieurs années, représentant aujourd’hui 44 % du total des demandes.
La plus forte progression a d’ailleurs été enregistrée par la Chine : + 24 % par rapport à 2020.


Les technologies numériques et médicales, principaux moteurs de l’innovation

Les secteurs ayant reçu le plus de demandes de brevets européens en 2021 sont : la « communication numérique » (15 400 demandes ; + 9,4 % par rapport à 2020), suivie des « technologies médicales » (15 321 - + 0,8 %) et de « l’informatique » (14 671 - + 9,7 %).

Les domaines connexes des « technologies audiovisuelles » (+ 24 %) et des « semi-conducteurs » (+ 21 %) ont par ailleurs enregistré une croissance sans précédent.

En France, le top 3 des secteurs est légèrement différent. Avec 1 009 demandes de brevets en 2021 (+ 0,4 %), le secteur des « transports » est le plus innovant de l’Hexagone. Après une hausse de 28,6 % en 2020, les « technologies médicales » (715 demandes de brevets ; - 3 %) sont deuxièmes, tandis que « l’informatique » (+ 5,5 %) passe à la troisième place.


Les géants asiatiques dominent le classement des entreprises

Comme en 2019, Huawei est l’entreprise qui a déposé le plus de demandes de brevets à l’OEB en 2021 (3 544 demandes) (Chine), suivie de Samsung (3 439) (Corée du Sud) – en tête en 2020 – et de LG (2 422) (Corée du Sud).

Deux entreprises européennes, Ericsson (1 884) (Suède) et Siemens (1 720) (Allemagne), gagnent chacune une place, occupant respectivement la quatrième et la cinquième position.

Safran est le premier déposant français de brevets à l’OEB avec 540 demandes, signant une hausse fulgurante de 27,4 %. Il ravit la place au CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) qui se classe deuxième (528 ; + 1,5 %). Valeo fait son retour sur le podium, à la troisième place (500 ; + 28,2 %).

Bien que les grands groupes soient les plus grands déposants de brevets, une demande de brevet sur cinq issue d’un pays européen provient d’un inventeur seul ou d’une PME, et 5 % des demandes ont été déposées par des universités et organismes publics de recherche.

 

« La France maintient un niveau élevé de demandes de brevets, de peu inférieur à sa bonne performance en 2020, quand les demandes avaient rebondi de 3 %, alors que dans d’autres pays européens majeurs les demandes reculaient fortement. C’est le signe de la vitalité de l’écosystème de l’innovation en France. », a commenté António Campinos, président de l’OEB

 

Les plus récentes
Internationales

L’INPI aux Assemblées Générales de l’OMPI 



21/07/2022
Du 14 au 22 juillet 2022, la 63è série de réunions des Assemblées des États membres de l'OMPI se tient à Genève. Le directeur général de l’INPI, Pascal Faure, a présidé l’Assemblée de l’Union de Lisbonne.