Le soulier à travers 9 brevets

L'INPI prête neuf planches de brevets d’invention du 19ème siècle habituellement conservées dans ses archives, à l'occasion de l'exposition "Marche et démarche. Une histoire de la chaussure." présentée au MAD - Musée des Arts Décoratifs.
 

La chaussure n’est pas qu’un banal objet du quotidien, chaque paire raconte une histoire. On ne marche pas de la même manière sur le sol boueux d’une rizière que dans un milieu urbain contemporain.  On ne porte pas la même paire que l’on soit Marie-Antoinette, militaire ou danseuse. Le Musée des Arts Décoratifs s’intéresse à la chaussure dans tous ses états et sous toutes ses formes : bottes, bottines, claquettes, cuissardes, chaussons… Il expose, parmi près de 500 objets, les créations des maisons Hermès et Louboutin, une paire de charentaises, les chaussures militaires conçues par Alexis Godillot, sans oublier celles de Charlie Chaplin.

Afin d’illustrer l’histoire de la chaussure et l’étendue des créations, l’INPI a prêté  neuf planches de brevets d’invention déposés au 19e siècle. Ces magnifiques illustrations, dessinées à la main, renseignent sur différents usages de la chaussure et mettent en évidence les détails techniques qui la façonnent. Le brevet d’invention n°224334 déposé le 17 septembre 1892 par Désiré Joseph Serre prévoit par exemple un « talon métallique dans lequel on introduit un charbon spécial à combustion lente » afin de pallier l’humidité des chaussures des travailleurs notamment. Adolphe Bloch dépose en septembre 1896 le brevet n°259664, décrivant un « genre de chaussure à tige renforcée maintenant la cheville des personnes ayant la cheville faible », exclusivement destinée aux enfants apprenant à marcher.

Le prêt de ces archives permet également aux visiteurs de découvrir les chaussures de danse munies de semelles à ventouses (1866), la chaussure pour lutter contre la fatigue de la marche grâce à son « élastique, système pneumatique ou à ressort » (1893), mais aussi plusieurs inventions de chaussures de bain comme les sandales de bain (1894).

Objet du quotidien que l’on pensait connaître, la chaussure n’a pas fini de nous surprendre. Les archives patrimoniales de l’INPI, source unique en leur genre de l’histoire des innovations, permettent de comprendre ses évolutions.

Infos pratiques : 

MAD - Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Jusqu’au 22 mars 2020, de 11h à 18h (fermé le lundi)

Commissaire de l’exposition : Denis Bruna

  • Planche du brevet d’invention n°1BB24823 déposé le 4 septembre 1855 par Jacques ROCHUT, cordonnier, pour "des chaussures hygiéniques articulées"
  • Planche du brevet d’invention n°61745 déposé le 21 janvier 1864 par la veuve Clémence DE WAILLY née D’ESTAINS pour "une chaussure de bain dite chaussure hydro-thérapique"
  • Planche du brevet d’invention n°72981 déposé le 19 septembre 1866 par Jean-Marie-Louis dit Marc FOURNIER pour "un système de semelles à ventouses applicables aux chaussures de danse et autres"
  • Planche du brevet d’invention n°80335 déposé le04 avril 1868 par Louis-Désiré JEANDRON-FERRY pour "un genre de chaussure pour bains de mer ou de rivière"
  • Planche du brevet d’invention n°216467 déposé le 24 septembre 1891 par Ramon JOU Y FARRE pour "un procédé pour élargir et rétrécir la chaussure en l'accommodant au contour du pied"
  • Planche du brevet d’invention n°224334 déposé le 17 septembre 1892 par Désiré-Joseph SERRE pour "un talon de chaussure dit talon chaufferette"
  • Planche du brevet d’invention n°231901 déposé le 1er août 1893 par Gustave DAVID pour "une chaussure élastique, système pneumatique ou à ressort"
  • Planche du brevet d’invention n°1BB242138 déposé le 16 octobre 1894 par Simon KUTTNER pour "des sandales de bain"
  • Planche du brevet d’invention n°259664 déposé le 14 septembre 1896 par Adolphe BLOCH pour "un genre de chaussure à tige renforcée maintenant la cheville des personnes ayant la cheville faible"