Prix de l'inventeur européen 2024 : de nombreux français parmi les finalistes

28/05/2024
L’Office européen des brevets (OEB) vient de dévoiler les douze équipes finalistes nominées pour le prestigieux Prix de l'inventeur européen dans quatre catégories différentes : « Industrie », « Recherche », « Pays non membres de l'OEB » et « PME ». Ce prix annuel sera remis aux lauréats le 9 juillet, lors d’une cérémonie retransmise en direct depuis l’île de Malte. Parmi eux, on trouve de nombreux Français !
Prix de l'inventeur européen 2024 Les équipes 800x449

L’Énergie osmotique : abordable et durable

Bruno Mottet, Lydéric Bocquet et leur équipe sont finalistes dans la catégorie « PME ».      Ils ont perfectionné un procédé qui exploite l’énergie résultant du phénomène de l’osmose grâce à la mise au point d’une membrane spéciale, fabriquée à partir d'un matériau biosourcé.

Ils permettent ainsi de produire une électricité économique et moins polluante.

L'énergie osmotique ou « énergie bleue » est tirée de la différence de salinité entre deux liquides, en général de l'eau de mer et de l'eau douce. L’osmose implique le déplacement des molécules d’eau depuis l'eau de mer contenant une concentration élevée en sel, vers une solution à plus faible concentration saline via une membrane ; ce déplacement entraîne une différence de charge qui produit un courant électrique.

 

Bruno Mottet et Lyderic Bocque

« L'énergie osmotique prend ses racines dans l'entropie créée par le mélange d'eau de mer et d'eau douce », explique Lydéric Bocquet. « L'énergie osmotique transforme cette entropie, ce chaos, en quelque chose avec lequel vous pouvez travailler. »

Une première usine-pilote osmotique – OsmoRhône – a d’ores et déjà été installée en France, sur le Rhône, dans le cadre d’un partenariat entre Sweetch Energy, la société créée par nos deux inventeurs, et la Compagnie Nationale du Rhône, le concessionnaire du Rhône pour la production d’hydroélectricité.

 

Un traitement révolutionnaire pour les symptômes graves de la maladie de Parkinson

David Devos, Caroline Moreau et leur équipe sont finalistes dans la catégorie                       « Recherche » pour leur traitement innovant contre les symptômes graves de la maladie de Parkinson.

On sait depuis longtemps que cette maladie est associée à une carence en dopamine, un neurotransmetteur produit par certains de nos neurones. Mais, la dopamine ne peut pas traverser la barrière digestive et la barrière hématoencéphalique, ce qui rend la carence difficile à combattre. Par ailleurs, cette petite molécule est rendue inefficace lorsqu'elle est oxydée.

Partant de ces différents constats, David Devos et Caroline Moreau ont développé de la dopamine anaérobie (ou A-dopamine), qui ne contient pas d’oxygène mais de l’azote et du dioxyde, et sont parvenus à l’administrer directement au cerveau grâce à une pompe doseuse de précision.

 

David Devos et Caroline Moreau

Ils redonnent ainsi de l’espoir à plus de 10 millions de personnes qui sont touchées par cette terrible maladie dans le monde.

M. Devos explique : « Nous sommes convaincus que l'A-dopamine sera une arme thérapeutique révolutionnaire administrée à long terme aux malades… Cela dit, nous devons rester humbles parce que nous ne guérissons pas la maladie de Parkinson », explique David Devos. La prochaine étape consistera à obtenir une autorisation de mise sur le marché en Europe grâce à la réussite des essais cliniques de phase III.

 

Une imagerie 3D en temps réel, sans lunettes 3D

David Fattal, un Français résidant aux États-Unis, est également finaliste, dans la catégorie « Pays non OEB », pour avoir inventé l'imagerie 3D en temps réel et sans lunettes.

La technologie 3D Lightfield développée par David Fattal associe une fine feuille de verre ou de plastique, qui permet de réorienter la lumière, à une caméra, qui permet de suivre les mouvements du visage et des yeux du spectateur. Couplés à un écran numérique conventionnel, ils le transforment en une véritable expérience tridimensionnelle.

 

David Fattal

La découverte de M. Fattal est un bel exemple à la fois d’éclair de génie et de sérendipité : il avait remarqué des rayons de soleil éclairant un ensemble de coupleurs de réseau de diffraction sur lesquels il travaillait. « Ils créaient une myriade de lumières sublimes, de multiples couleurs allant dans toutes les directions. Les gens étaient émerveillés, et c'est à ce moment-là que cette forêt de rayons lumineux m'est apparue. Je me suis dit : "Hé, c'est sympa. Avec en plus un écran LCD, nous devrions être en mesure de créer un écran vraiment convaincant." »

Leia Inc., la société qu’il a créée en 2014 pour commercialiser son invention, détient aujourd’hui quelques 1 600 brevets ! Elle a lancé sa tablette Lume Pad 2 en 2023 et établi des partenariats avec des sociétés aussi prestigieuses que Zoom, Gameloft, Mozaik Education, China Mobile Migu, ACER, ZTE ou Continental.

 

Les plus récentes
Internationales

Sport et contrefaçon en Europe : l’EUIPO dresse un état des lieux

18/06/2024
L’année 2024 est une année résolument sportive pour l’Europe, en particulier pour la France : EURO 2024 de l’UEFA, Tour de France, Jeux olympiques et paralympiques de Paris… Pourtant, ces grands moments de fête peuvent être impactés par la contrefaçon et les atteintes à la propriété intellectuelle. Retour sur les chiffres dégagés par l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) dans le cadre de plusieurs de ses études.