Palmarès 2022 des principaux déposants de brevets à l’INPI

16/03/2023
L’INPI dévoile le palmarès des déposants de brevets 2022, un classement qui met en lumière les organisations qui investissent dans l’innovation. Safran, Stellantis et le CEA constituent le trio de tête de cette édition.
Top 10 des déposants de brevets à l’INPI
Les faits marquants
  • Safran et Stellantis conservent les premières places du classement
  • Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) occupe la 3e position
  • La recherche publique poursuit sa bonne dynamique, avec 12 organismes de recherche dans le top 50 des déposants
  • 3 entreprises de taille intermédiaire confortent leur position
  • 10 nouveaux entrants dans le top 50

« Ce palmarès 2022 correspond aux publications de demandes de brevets déposées entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021, soit au plein cœur de la crise Covid. Malgré ce contexte, le palmarès démontre que les grands acteurs de l’économie continuent d’investir dans l’innovation. Le classement est relativement stable, à l’image des tendances observées par les autres offices de propriété industrielle dans le monde. C’est un signal encourageant qui montre que la propriété industrielle reste un outil stratégique au service de la compétitivité des entreprises. Autre fait marquant : la position confortée de la recherche publique. Le nombre d’organismes publics et leurs rangs se consolident au fil des années. Nous ne pouvons que les encourager à poursuivre cette dynamique et à protéger et valoriser leurs travaux de recherche. » commente Pascal Faure, Directeur général de l’INPI.

 

Un trio de tête légèrement modifié

 

Safran conserve la tête du classement avec 931 demandes de brevets publiées en 2022. L’équipementier aéronautique avait pris la première place du classement l’an dernier.

Il est toujours suivi de près par Stellantis avec 924 demandes de brevets publiées.

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ravit la 3e place au groupe Valeo, avec 672 demandes de brevets publiées.

Les hausses et les baisses des rangs 4 à 10 :
  • Valeo devient 4e du classement avec 543 demandes de brevets publiées en 2022
  • L’Oréal représente l’une des plus fortes progressions de cette édition, passant du 8e au 5e rang, avec 475 demandes de brevets publiées
  • Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) conserve la 6e place du classement pour la cinquième année consécutive, avec 354 demandes de brevets publiées
  • Renault Group occupe la 7e place (-2) avec 344 demandes de brevets publiées
  • À égalité : Air Liquide et Thalès sont à la 8e position, respectivement 11e et 9e l’an dernier, avec 213 demandes de brevets publiées
  • Forvia (ex-Faurecia) arrive à la 10e place du classement avec 210 demandes de brevets publiées

 

La recherche publique poursuit sa bonne dynamique

 

15 établissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l’État (RESE) sont présents dans le top 50 (contre 12 l’an dernier), dont 12 organismes de recherche.

Les trois premiers sont identiques depuis 2020 :

  • Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) gagne une place se situant au 3e rang avec 672 demandes de brevets publiées
  • Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) conserve le 6e rang avec 354 demandes de brevets publiées
  • IFP Énergies nouvelles occupe la 15e place (-2 places) avec 167 demandes de brevets publiées

 

Trois entreprises de taille intermédiaire dans le top 50

 

Trois entreprises de taille intermédiaire (ETI) figurent parmi les 50 premiers déposants de brevets à l’INPI.

  • Gaztransport et Technigaz (GTT), société d’ingénierie navale des Yvelines, spécialisée dans la conception de systèmes de stockage et de transport des gaz liquéfiés, gagne sept places pour atteindre la 23e place du classement.
  • Le groupe Soitec, spécialiste de la production de matériaux semi-conducteurs, se hisse à la 40e place (+ 5). Il est régulièrement présent dans ce top 50 depuis 2004.
  • Pfeiffer Vacuum SAS*, spécialiste des technologies du vide, fait son entrée au classement à la 37e place.



*Une correction a été apportée par rapport à la version du 17 mars 2023 à la demande de Pfeiffer Vacuum SAS, considérée comme une ETI.

Les 10 nouveaux entrants dans le top 50 des déposants :
  • Nexans : 32e place
  • Pfeiffer Vacuum SAS : 37e place
  • SNCF : 39e place
  • Institut polytechnique de Grenoble : 40e place
  • Kuhn Group SAS : 40e place
  • Aix-Marseille Université : 43e place
  • Banks and Acquirers International Holding (enseigne « Ingenico ») : 47e place
  • LVMH Recherche : 47e place
  • Université de Montpellier : 49e place
  • Nexter Group : 50e place
Les plus récentes

Toujours au plus près des start-up : l’INPI rejoint Tech For Future

05/04/2024
Le 28 mars dernier, l’INPI a participé à l’événement Tech For Future, un concours de start-up organisé par le média économique La Tribune. Cette nouvelle collaboration montre l’importance de la propriété intellectuelle dans l’écosystème tech. Aux côtés des start-up, des grands groupes, des partenaires institutionnels, La French Tech, Business France, Bpifrance, l’INPI a remis le prix « Industrie » lors du Grand Final.