Nouvelle étude de l’Office européen des brevets sur l’innovation en matière de lutte contre le cancer

02/02/2024
À l’approche de la Journée mondiale contre le cancer (4 février), l'Office européen des brevets (OEB) publie une étude portant sur l’innovation en matière de lutte contre le cancer. On y apprend notamment que la France se classe 3è en Europe et se positionne au 7è au rang mondial. Cette nouvelle étude est complétée par le lancement d’une plateforme de recherche de brevets sur les technologies de lutte contre le cancer, à l’élaboration de laquelle a contribué l’INPI.

À trois jours de la Journée mondiale contre le cancer, l’Office européen des brevets (OEB) dévoile une étude inédite intitulée « Brevets et innovation contre le cancer. » Elle porte sur près de 20 ans d’innovation (2002-2021) en matière de lutte contre le cancer.

La France, 3e pays le plus innovant dans la lutte contre le cancer en Europe

Avec 5 078 familles de brevets internationaux1  (FBI), la France se classe 3e en Europe et se positionne au 7e au rang mondial.

Notre pays fait preuve d'une progression constante en matière d'innovation, portée par trois secteurs majeurs : la médecine personnalisée, les vaccins et la radiosensibilisation. Mais, au cours de la dernière décennie, la croissance des demandes de brevets émanant de déposants français a aussi été stimulée par des développements en matière d’immunothérapie et de thérapie ciblée.

Le podium français des entreprises les plus innovantes sur la période 2002-2021 se compose de Sanofi, des Laboratoires Pierre Fabre et de Servier.

Les 10 premiers pays européens, 2002-2021 ; source OEB

Notre pays rayonne à l’international grâce à sa recherche publique, avec l’Inserm et le CNRS comme champions

Bien que la majeure partie de la recherche publique sur le cancer trouve son origine aux États-Unis, deux grandes institutions françaises font exception : l’Inserm et le CNRS se classent respectivement 2e et 4ème au classement mondial des acteurs de la recherche publique, seuls organismes européens d’un top 10 dominé par des acteurs de la recherche américaine.

 

Top 10 des universités, centres hospitaliers universitaires, et organismes publics de recherche, 2002–2021 ; source OEB

L’Inserm et le CNRS se classent également très bien dans le top 10 mondial des innovateurs - publics et privés confondus (2017-2021). Alors que l’on observe une tendance à la stagnation ou à la baisse des contributions des principales sociétés pharmaceutiques (Pfizer et Bayer notamment, qui étaient les principaux déposants au début des années 2000, ne figurent plus dans le top 10 mondial), les organismes publics de recherche augmentent leur contribution. L'université de Californie se hisse même à la 1ère place, l'INSERM occupant la troisième place. Le CNRS réussit également à entrer dans le top 10 (7ème place).

Top 10 des plus grands demandeurs (2017-2021) ; source OEB

À l’échelle de la France, en matière de recherche publique, le duo Inserm et CNRS se voit suivi par l’Université Paris Cité.     

La thérapie génique2  est le secteur d’application qui rassemble la plus grande proportion de FBI issus d’organismes publics de recherche (près de 50 %).  La France se distingue particulièrement avec l’Inserm, à la pointe du secteur au niveau mondial (3ème) avec plus de 100 FBI recensées entre 2017 et 2021.

Principaux demandeurs de brevets en thérapie génique ; source OEB

L’OEB lance une plateforme en ligne répertoriant les nouvelles technologies contre le cancer

Parallèlement à cette étude, les experts de l'OEB ont développé – en collaboration avec l’INPI et neuf autres offices nationaux de brevets en Europe – une toute nouvelle plateforme en ligne gratuite consacrée aux technologies contre le cancer. Elle présente plus de 130 ensembles de données sur des grands thèmes : la prévention et la détection précoce, le diagnostic, les thérapies, ainsi que le bien-être et le suivi.

La plateforme comprend non seulement les 140 000 inventions sur lesquelles l'étude est basée, mais bien d'autres encore. Il s'agit de la quatrième plateforme de ce type de l'OEB, après celles sur les coronavirus, les technologies énergétiques durables et la lutte contre les incendies.

Pour faciliter le développement et la commercialisation de nouvelles technologies de lutte contre le cancer, l'OEB élargit à cette thématique son « Deep Tech Finder », qui répertorie presque 8 000 startups de toute l'Europe ayant déposé des demandes de brevets.

Cet outil comprend désormais des filtres pour 17 technologies différentes liées au cancer, concernant 1 340 startups prêtes pour l'investissement dans ce domaine. Il aide les investisseurs et les partenaires potentiels à trouver des startups européennes proposant de nouvelles technologies précieuses pour lutter contre le cancer dans le secteur de la « deep tech » (solutions disruptives reposant sur de la recherche avancée et des technologies de pointe).

 

1 : Chacune d’entre elles représente une invention de grande valeur pour laquelle des demandes de brevets ont été déposées auprès d’au moins deux offices de brevets dans le monde.

2 : Thérapie qui consiste à introduire du matériel génétique dans des cellules pour soigner une maladie.

Pour aller plus loin :

 

Les plus récentes
Nationales

Élèves ingénieur(e)s, venez découvrir les métiers de l’INPI !

13/02/2024
Pour la première fois, l’INPI donne rendez-vous à tous les élèves ingénieurs que l’esprit d’innovation anime au forum Rhône-Alpes, qui se tiendra à Lyon, ce jeudi 15 février 2024. L’occasion de découvrir les métiers de la propriété industrielle et plus particulièrement ceux qui peuvent être exercés au sein même de l’Institut.
Nationales

Les Rendez-vous INPI : Savoir-faire : 5 étapes à connaitre pour le protéger !

08/02/2024
Le savoir-faire est un élément capital de l'entreprise et le tracer, c'est pouvoir l'évaluer financièrement et donc accroitre la valeur de votre entreprise. Ne manquez pas notre webinaire sur le sujet du savoir-faire le 23 février, nos expertes les enjeux, les méthodes et les outils pour identifier et assurer la traçabilité de votre savoir-faire.