Trophées des ingénieurs du futur : les jeunes talents à l’honneur

06/12/2019
La 16è édition des Trophées des ingénieurs du futur s’est tenue le 3 décembre 2019 au Kluster Business Center à Paris. Organisée par la rédaction de l’Usine Nouvelle, elle récompense des élèves ingénieurs dans quatre catégories : Innovation, Recherche, Tech For Good et Digital. L’INPI, partenaire de l’évènement, a accompagné trois jeunes ingénieurs dans la catégorie « Innovation ».

Nouveau lieu, nouveau format : le coaching des candidats est la grande nouveauté des Trophées des ingénieurs du futur 2019. L’INPI, partenaire historique de cet évènement, s’est vu confier la mission de coacher trois talents dans la catégorie « Innovation ». Ce trophée vise à récompenser le potentiel technique et économique de l’innovation proposée.

Francois Kaiser, ingénieur brevets et membre du jury, a pu donner des préconisations dans le domaine de la propriété industrielle, permettant aux candidats de présenter au mieux leur projet durant la cérémonie. Les 3 points clés à retenir pour piloter un projet innovant :

  • Anticiper : lors du développement d’un projet, il est primordial en prendre en compte la stratégie PI très en amont pour se protéger au mieux.
     
  • Se protéger : une fois la stratégie définie, protéger ses créations par le dépôt de brevets, marques, dessins et modèles et assurer la confidentialité des savoir-faire et des échanges avec les partenaires.
     
  • Respecter et faire respecter : enfin, il est important de respecter et faire respecter ses droits de PI en procédant à des veilles. 
     

​Cette année l’INPI a remis le prix à Raphaël Jaurès, un jeune ingénieur de 21 ans pour son projet Watsyn : un réseau de sondes autonomes qui mesurent des paramètres de l’eau tels que le Ph, la température et le courant. Etudiant en génie informatique à l’Université technologique de Compiègne (UTC), le jeune talent n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’il a été en finale du concours IoT Innovation Challenge à New-York.
 

A l’occasion de sa victoire, nous nous sommes entretenus avec Raphaël Jaurès sur son parcours de jeune ingénieur : 

Pouvez-vous nous raconter en quelques mots la genèse de votre projet ?

Raphaël Jaurès : Tous les jours, pour me rendre à l’UTC, je traverse l’Oise. Cette rivière semble fourmiller de vie -animale et humaine- et je me suis demandé ce qu’il se passerait si la composition de cet environnement devait changer, d’où l’idée de ce dispositif de surveillance autonome.

Pourquoi avoir candidaté aux Trophées des ingénieurs du futur ?

R.J. : J’ai candidaté aux Trophées des Ingénieurs du Futur car j’espérais donner de la visibilité à mon projet ; de plus, c’est une bonne expérience pour un ingénieur en devenir ! Le coaching sur la communication et sur la protection intellectuelle sont également très intéressants, en tant qu’étudiant, nous n’avons pas tous les jours la chance d’avoir l’expertise de professionnels. Au-delà de mon projet, qui s’inscrit dans les Trophées pour le “futur”, j’espérais montrer que les ingénieurs de demain ont bien compris que le “futur” ne peut plus s’envisager sans conscience écologique. Une bonne majorité des projets présentés allaient dans ce sens, et je trouve que c’est un très bon signe ! 

Pendant votre parcours de jeune élève ingénieur, avez-vous été sensibilisé à la PI ?

R.J. : Il y a un an, j’ai suivi un cours sur l’économie et le droit de la propriété intellectuelle, sujet fondamental pour un ingénieur souhaitant protéger un projet innovant. Je trouve ces questions intéressantes mais surtout fondamentales pour notre cœur de métier ! 

Quelles préconisations feriez-vous aux jeunes ingénieurs ayant un projet innovant ?

R.J. 
: Mon principal conseil : foncez. N’ayez pas peur des échecs. Plus vous échouerez, plus grandes seront vos futures victoires. Et surtout, écoutez et suivez la personne qui vous connaît le mieux : vous même.

Les plus récentes
Nationales

Sportyplay : un jeu de sport révolutionnant le fitness

07/05/2024
Sportyplay vise à rendre la pratique du fitness aussi amusante et addictive qu’un jeu vidéo. Elle participe au « Pitch Contest INPI », coorganisée avec French Tech Tremplin à l’occasion du salon Viva Technology. La jeune société a été créée en Martinique par Kimberly Glanny, une passionnée de sport qui évoque avec nous ses sources d’inspiration et l’avenir de sa start-up.

Toog : la plateforme de réservation de loisirs en last-minute

07/05/2024
Toog a développé le premier algorithme de yield management sur le secteur des loisirs. Rencontre avec son fondateur, Benjamin Gueraoui, qui représentera la start-up lors du « Pitch Contest INPI », coorganisée avec French Tech Tremplin à l’occasion de Viva Technology.