« Disposer de brevets de qualité fait une grande différence auprès de nos partenaires »

Dans notre série sur le rôle de la propriété intellectuelle dans la croissance des start-up, rencontre avec mobiLead, une entreprise innovante créée en 2008 qui conçoit des identifiants « intelligents » — c’est-à-dire des marqueurs uniques pour l’information produit, la traçabilité et la lutte anti-contrefaçon. Laurent Tonnelier est le fondateur et le président de mobiLead.
 

Comment s’est déployée votre stratégie d’innovation ?
Laurent Tonnelier : Notre démarche d’innovation est fondée sur une parfaite compréhension de notre environnement permettant la détection de nouvelles opportunités. C’est une démarche itérative, entre prototypages et rédactions, dont le résultat possible est la formalisation d’une demande de brevet, avant de procéder à l’industrialisation. Dès 2008, nous avons travaillé sur les QR Codes, ces systèmes d’identification optique à vocation industrielle. Ils étaient fonctionnels mais jamais esthétiques. En 2011, nous avons ainsi imaginé un procédé original permettant de générer des QR Codes graphiques à vocation marketing, toujours fonctionnels et conformes aux normes ISO. Nous avons déposé une première demande de brevet d’invention en ce sens, étendue à l’international. Nous avons depuis trouvé des applications dans la lutte anti-contrefaçon. En 2013, alors que l’Internet des Objets (IoT) commençait à se développer, nous avons anticipé l’augmentation du nombre d’objets à terme et trouvé une solution facilitant la création et la gestion d’un grand nombre d’identifiants. Nous avons ainsi déposé une deuxième demande de brevet d’invention. Nous avons depuis développé des applications de traçabilité et de lutte anti-contrefaçon au service de la protection des marques. Ce sont ces travaux sur des solutions de lutte anti-contrefaçon à travers des identifiants optiques QR Code ou des marqueurs radio NFC qui nous ont amenés à concevoir une alternative économique et fiable aux solutions existantes, puis à déposer une nouvelle demande de brevet en 2015 : les mathématiques et le dessin au service de la protection des marques. Nos travaux sur les identifiants « intelligents » ont ensuite trouvé une application dans la gestion avancée des allergènes, via une solution qui rapproche le profil du patient aux informations présentes sur les emballages, tout en répondant aux exigences d’une confidentialité médicale sans faille. Ces travaux sont à l’origine du dépôt d’une quatrième demande de brevet en 2016. Enfin, dans le but de compléter nos solutions de traçabilité et de preuve d’authenticité des produits, nous avons travaillé sur les blockchains. L’objectif étant d’appliquer ces nouvelles technologies à l’ensemble des produits de grande consommation via un procédé économiquement viable et industrialisable. Le dernier dépôt effectué en 2017 formalisait ces travaux de recherche. Pour nous, la base de l’innovation est là : une parfaite compréhension de son environnement, qu’il soit académique ou commercial, associée à la capacité à détecter efficacement des solutions aux problèmes techniques.

Il est rare qu’une start-up ait un portefeuille de brevets aussi fourni. Comment avez-vous procédé ?
L. T. : Les TPE sont souvent confrontées à une double problématique. D’une part, à moins d’être associées à un laboratoire de recherche, les petites structures ont du mal à supporter l’investissement humain et financier d’une demande de brevet complète, de sa préparation et sa rédaction jusqu’au dépôt initial et ses extensions à l’international. D’autre part, il s’écoule généralement plus de trois ans entre le dépôt et l’obtention d’un brevet ; or ces trois premières années sont les plus cruciales dans la vie des start-up. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes impliqués, au niveau de la Commission européenne et du Parlement, dans l’association IP Europe qui aide les TPE à obtenir les financements adaptés indispensables à leur développement. En ce qui concerne mobiLead, nous avons eu l’opportunité d’être sélectionnés par France Brevets (un fonds d’investissement accompagnant les entreprises innovantes dans l’élaboration d’un portefeuille brevets et sa valorisation à l’international, NDLR). Notre engagement réside dans la rédaction de différents brevets complémentaires afin de constituer un portefeuille de brevets cohérents. 

Quels sont les effets de cette stratégie de constitution d’un portefeuille de brevets sur votre croissance ?
L. T. : Disposer d’un ensemble de brevets de qualité fait une grande différence dans nos discussions avec nos partenaires, notamment les grandes entreprises auxquelles nous sommes à même de proposer un ensemble de licences. Il est en effet fondamental qu’elles puissent elles-mêmes proposer à leurs clients une totale liberté d’exploitation que leur apportent nos brevets dans de nombreux domaines d’application. C’est la raison pour laquelle nous devons nous inscrire dans une temporalité supérieure à cinq ans sans restreindre les domaines d’application possibles dans la rédaction de nos demandes de brevets.