Hydrao (ex-Smart & Blue) : une idée simple, une application universelle

Née de la volonté de son fondateur de créer des objets connectés simples, universels et utiles, la start-up grenobloise Hydrao suscite un intérêt international avec ses systèmes de douche intelligente made in France.
 

Nombre de créateurs d’entreprise racontent avoir eu LA bonne idée sous la douche, moment propice au surgissement d’intuitions jusqu’alors ignorées. Pour Gabriel Della-Monica, fondateur de la société grenobloise Smart & Blue devenue Hydrao, les choses se sont déroulées de manière à la fois similaire et différente. « C’est en essayant d’accéder tous les matins à la salle de bains préemptée par mes quatre filles que je me suis demandé s’il n’y avait pas un concept de douche économe et “intelligente” à trouver », raconte-t-il. À l’époque, cet ingénieur télécom a déjà un beau parcours au sein de grandes entreprises (Arianespace et ST Microelectronic notamment) et est attiré par la création d’entreprise : « J’avais le sentiment d’avoir fait le tour des grands groupes. Je souhaitais donner du sens à mon activité professionnelle, et pourquoi pas, contribuer à générer de l’emploi et à réindustrialiser le territoire », explique-t-il. L’écosystème dans lequel il baigne est favorable à l’émergence d’innovations. À Grenoble, grandes écoles, pôles universitaires, centres de recherches tels que le LETI (le laboratoire du CEA spécialisé sur les nano et microtechnologies) travaillent en étroite collaboration pour tester de nouvelles idées. Gabriel Della-Monica fait partie d’un groupe de réflexion qui s’intéresse aux usages possibles des objets connectés. Il ne s’agit pas seulement de concepts théoriques : les membres de ce club doivent aussi fabriquer des petits prototypes à partir de leurs idées. « C’est ainsi que j’ai commencé à fabriquer des objets à la maison, avec mes filles, avec le désir qu’ils fournissent directement des informations sans avoir besoin de recourir à un smartphone ou un ordinateur », poursuit-il. C’est lors d’un de ces tests qu’il imagine un pommeau de douche avec un système LED intégré éclairant le jet d’eau de différentes couleurs selon le volume d’eau consommé : vert (10 L), bleu (20 L), violet (30 L), rouge (40 L), rouge clignotant (+ de 40 L). Une manière de sensibiliser de façon simple et efficace sur le risque de surconsommation.

De l’idée à la création de la société

Mais le marché est-il prêt à accepter ce nouveau concept ? Pour ne pas risquer... la douche froide, Gabriel Della-Monica s’engage dans le programme INOVIZI, un dispositif de financement des jeunes entreprises innovantes en région Auvergne Rhône-Alpes porté par les réseaux Entreprendre Rhône-Alpes et Iniative Auvergne Rhône-Alpes. Les fonds obtenus lui permettent de créer un prototype solide, un site web et un film pour présenter le projet, et enfin de financer le dépôt de brevet. « Ce dernier point a mis du temps à se régler, car j’étais encore salarié de ST Microelectronic, il fallait donc que je demande l’autorisation à mon entreprise de déposer le brevet en mon nom propre », raconte Gabriel Della-Monica. Fin 2014, l’ingénieur lance une campagne de crowdfunding pour voir si des clients potentiels manifesteraient un intérêt suffisant pour contribuer au lancement du produit. « J’ai récolté plus de 20 000 euros, dépassant mes objectifs. Mais surtout le concept a rencontré un réel succès public et médiatique. Cela m’a renforcé dans la conviction que je pouvais me lancer », souligne-t-il. Jusqu’alors, il travaille sur ce projet la nuit et le week-end, en plus de son emploi. Un investissement forcément limité. Mais la chance va lui sourire : un concours d’innovation interne est lancé à cette période chez ST Microelectronic. L’idée du pommeau intelligent plaît ; Gabriel Della-Monica remporte le concours et le soutien de son entreprise. Celle-ci lui fournit une partie des circuits électriques dont il a besoin et propose d’héberger son activité naissante dans ses locaux. L’aspirant chef d’entreprise quitte officiellement son poste en mai 2015 et crée la société Smart & Blue le 15 octobre 2015.

Hydrao sur tous les fronts

Une autre bataille commence alors, celle du financement. Grâce à un investisseur privé qui apporte les premiers fonds, les banques se montrent favorables au projet. La jeune société lève 1,2 million d’euros, ce qui permet de recruter une dizaine de collaborateurs à des postes clés. Un directeur technique est notamment chargé de développer la politique d’innovation. « Quand on est une start-up, il est parfois difficile de continuer à innover alors que l’on est préoccupé par la mise sur le marché ou la recherche de financements, constate Gabriel Della-Monica. Néanmoins, nous avons fait le choix d’être une entreprise innovante et de chercher à nous renouveler sans cesse. » Un deuxième brevet est d’ailleurs en cours de dépôt sur la manière de rendre le produit encore plus robuste. Par ailleurs, les discussions avec les partenaires académiques et les laboratoires de Grenoble se poursuivent. « Elles ont abouti à une nouvelle idée de projet autour de la qualité de l’eau que nous sommes en train de finaliser », révèle-t-il. Parallèlement, l’industrialisation des premières solutions baptisées Hydrao First et Hydrao Origin a démarré et les premiers items sont livrés aux clients « crowdfunders. » Cette année, deux nouveaux produits, Hydrao Loop (douche de tête et pommeau de douche) et Hydrao Drop (bras flexible à installer sur une douche existante) devraient être commercialisés. Ils seront fabriqués en France dans une usine spécialisée adaptée aux personnes handicapées. Dernier grand chantier pour la jeune équipe : se développer à l’international. Membre actif de French Tech, Hydrao a pu constater de près l’intérêt porté à son concept de douche intelligente lors des dernières éditions du Consumer Electronics Show (CES) outre-Atlantique. « Nous allons installer une partie de notre activité en Californie dès le printemps de cette année » s’enthousiasme Gabriel Della-Monica. Lauréate de nombreux prix, l’entreprise vit une accélération à vitesse grand V qui n’empêche pas le créateur de veilleur aux fondamentaux : « Nous avons étendu le périmètre de notre brevet aux États-Unis, à l’Europe, à la Chine et à Israël, et déposé notre marque Hydrao dans ces mêmes pays », souligne-t-il. Une nouvelle levée de fonds est prévue ce premier trimestre 2017 pour aider à financer ce développement international. En moins de deux ans, Hydrao est donc en train de réussir son pari : s’imposer comme un acteur incontournable du secteur des objets connectés, et proposer un produit simple, universel, et utile.