Saint-James : la marque qui tient bon la barre

 

La marque Saint-James a bien navigué depuis sa création : née en 1889 dans la commune éponyme de Basse-Normandie, près du Mont-Saint-Michel, elle est aujourd’hui vendue à Paris, Nice ou Strasbourg, mais aussi à New-York, Osaka et Tokyo. L’export de ces tricots made in France représente effectivement 40 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. Sa notoriété s’est faite sur son fameux pull marin tricoté en laine vierge. Ses mailles sont si denses et serrées qu’on le dit quasi imperméable, ce qui explique qu’il soit devenu comme une seconde peau pour les marins. Les navigateurs et plaisanciers d’abord puis les citadins ont fini par l’adopter aussi. Depuis la fin des années 70, la marque veille bien à diversifier ses collections devenues saisonnières pour satisfaire une clientèle toujours plus large. Si elle vend ses produits dans le monde, Saint-James, reprise par ses salariés en 1990, a su garder sa production en France. Mieux : elle a été labellisée « entreprise du patrimoine vivant » en 2013 pour avoir su garder et exploiter ses savoir-faire artisanaux et industriels complexes et techniques. Qu’elle garde le cap.

Saint-James en chiffres :

  • 1889 : date de naissance
  • 300 salariés
  • 53 m€ de C.A. en 2015
  • 61 boutiques dans le monde
  • 40 % du C.A. à l'export
  • 12 marques et 15 dessins et modèles dans le portefeuille de titres