Nationales

L’UNIFAB lance sa campagne d’été anti-contrefaçon aux côtés de l’INPI

23 / 07 / 2021
Christian Peugeot, président de l’Union des Fabricants, Pascal Faure, directeur général de l’INPI, David Lisnard, maire de Cannes, Guillaume Vanderheyden, sous-directeur du commerce international de la Douane française et Arnaud Browaëys, général de corps d’armée & commandant de la région de gendarmerie PACA, ont lancé vendredi 23 juillet à Cannes, une vaste campagne de sensibilisation auprès du grand public sur les conséquences sanitaires, économiques et environnementales de la contrefaçon.
 
De gauche à droite : Pascal Faure, directeur général de l’INPI ; Christian Peugeot, président de l’Unifab et David Lisnard, maire de Cannes.

« L’authentique, une valeur sûre », tel est le thème de la campagne estivale 2021 organisée par l’Union des fabricants (UNIFAB), autour duquel se sont rassemblés les principaux partenaires privés et publics à l’occasion de son lancement le 23 juillet à Cannes.

Pedant un mois, jusqu'au 23 août, la campagne de sensibilisation anti-contrefaçon se déploiera sur les plages et les marchés du littoral du sud de la France. De Cannes à St- Jean-de-Luz, en passant par Antibes, Aix-en-Provence ou encore Biarritz, plus de 100 000 tracts, flyers et goodies seront distribués aux vacanciers et locaux, afin de les informer des dangers qu’ils encourent en achetant des faux produits. Une vaste campagne d’affichage est également mise en place, en partenariat avec JCDecaux, sur plus de 300 emplacements publicitaires. Un important dispositif digital permettra par ailleurs de sensibiliser plus largement les consommateurs sur les réseaux sociaux.

Lors du lancement de la campagne, Pascal Faure a annoncé la mise en place d’un observatoire de la contrefaçon afin de fournir des données consolidées sur ce phénomène : « C’est à présent inscrit dans notre contrat d’objectif et de performance pour la période 2021-2024. L’INPI rassemblera l’ensemble des informations utiles pour caractériser la nature et l’impact de la contrefaçon en France afin d’éclairer les autorités publiques pour mieux formuler des politiques efficaces en matière d’application des droits de propriété intellectuelle. »

Dans son discours, le Directeur général de l’INPI a réaffirmé que la lutte contre la contrefaçon est une nécessité et une priorité pour l’INPI. Le seul moyen qu’ont les entreprises pour se défendre face à des contrefacteurs est de disposer de droits de propriété industrielle : brevets, marques, dessins et modèles.


Des services publics de l’Etat au service de la lutte contre la contrefaçon

Cette campagne menée de concert avec le Comité national anti-contrefaçon (CNAC), l’INPI, la Douane et la Gendarmerie est l’occasion de souligner l’importance de la coopération entre les différents services répressifs de l’Etat  pour lutter efficacement contre les dangers de la contrefaçon. Ainsi, la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) et l’INPI ont renouvelé leur convention de partenariat en avril dernier, afin de renforcer les actions conjointes en faveur de la défense de la propriété intellectuelle des entreprises et de la sécurité des consommateurs, en France et à l’international.

 

Pascal Faure pendant la destruction de produits illicites.

Quelques chiffres

La France est toujours le 2e pays dont les produits sont les plus copiés.

          - 5,64 millions de contrefaçons stoppées aux frontières de la France en 2020. C’est 20 % de plus qu’en 2019, année qui avait vu 4,5 millions de produits contrefaits interceptés.

            Dont :

          - 800 000 vêtements, chaussures et accessoires saisis, 470 000 jeux et jouets, 172 000 équipements électroniques et 128 000 médicaments,

272 000 faux masques,

          - et 965 000 emballages de contrefaçon (étiquettes ou emballages plastiques de marques...) saisis à Roissy, l’un des principaux hubs français pour l'import de marchandises, devant les timbres (316 000) et les téléphone mobiles (88 000).

Sur Twitter
Sur Facebook