Moulin Roty : le cadeau de naissance depuis 45 ans !

Lauréate de la catégorie marque, Moulin Roty, PME nantaise créée en 1972, propose chaque année depuis des décennies une large gamme de cadeaux de naissance et jouets créatifs pour enfants. Rencontre avec sa responsable du développement du pôle boutiques, Christine Jaffré.
 

> Pouvez-vous nous présenter votre activité en quelques mots ?
Christine Jaffré 
: Moulin Roty, du nom du hameau où la marque est née, est spécialiste depuis 1972 du cadeau de naissance : de tout l’univers de la chambre — textiles et décoration — jusqu’aux jeux et jouets. Nous avons aussi, avec la collection « Mémoire d’enfant », une gamme qui s’adresse aux plus grands. Par ailleurs, nous venons d’étendre notre réseau de magasins en rachetant les boutiques « Le bonhomme de bois », spécialistes des jeux en bois. Nous proposons des produits créatifs, avec un style un peu désuet, dans le sens le plus charmant du terme, et qui durent dans le temps.

> Que représente pour vous cette nomination aux Trophées INPI ?
C. J.
 : Quand on doit utiliser les services de l’INPI, c’est qu’on a besoin de protéger quelque chose qui nous est cher. Et la pérennité de Moulin Roty repose sur notre créativité. Les clients sont je crois attachés à la marque et son univers. Nous innovons aussi dans notre modèle d’entreprise puisque c’est une Scop. Cette nomination est donc une forme de reconnaissance de l’ensemble de nos actions et de ce qui constitue notre marque.

> Vous êtes nominée dans la catégorie marque justement, quelle est votre stratégie en la matière ?
C. J.
 : Moulin Roty, c’est avant tout un univers créatif propre et sans cesse renouvelé. En termes de propriété intellectuelle, nous protégeons la marque évidemment — dont le nom est si particulier cependant qu’il n’est pas vraiment copié —, mais aussi les noms de nos différentes collections comme : « Les Petits dodos », « Les Pachats », « Les Papoum », « Les Tartempois » ou « La Grande famille » ! Quand nous avons des problèmes de contrefaçons, ce sont surtout sur les modèles ou le style Moulin Roty qui sont copiés. Pour y faire face, en plus de la protection de nos collections, nous essayons aussi d’avoir toujours une longueur d’avance créative.

> Le thème de cette édition est « Sacrés Français » : qu’est-ce que cela vous inspire ? Vous reconnaissez-vous dans cette expression ?
C. J. 
: Les consommateurs sont parfois réticents à acheter des produits fabriqués hors de France, mais il faut savoir que dans des cas comme le nôtre, c’est une absolue nécessité pour continuer à exister ! Le savoir-faire en termes de production n’existe plus ici, nous fabriquons donc à l’étranger. En revanche, nous achetons la plupart de nos tissus en Europe et avons surtout gardé tout le savoir-faire créatif en France, c’est-à-dire le cœur de notre métier. Sans oublier l’activité économique que représentent les boutiques. Par ailleurs, je reconnais effectivement une touche française dans Moulin Roty et son côté à la fois traditionnel, authentique, presque désuet et en même temps créatif et intemporel. D’ailleurs la collection « La Grande famille » est un best-seller en Angleterre où les clients lui trouvent une « French touch » si particulière…