Mako Moulages : l'histoire d'une renaissance

 

Tout commence ici par des souvenirs : l’odeur du plâtre, la couleur rouge des moules et la joie de créer ses petites figurines. Souvenirs qui ressurgirent chez Agnès Beuchet, trentenaire parisienne, à la simple évocation du nom mako moulages. À l’époque, en 2013, elle travaille dans une agence de communication et de marketing et mène une étude sur les marques de notre enfance. Elle se rend alors compte que si les coffrets ont disparu des rayons de jeux depuis une vingtaine d’années, la marque existe toujours et appartient à une grande société de jouets. Son projet d’entreprise est né : elle fera tout pour racheter la marque et la relancer. Après un bras de fer juridique et des premiers contacts avec des fabricants hexagonaux, l’objectif est atteint en 2014 : la jeune entrepreneuse a repris la marque et lance ses premières productions made in France (à l’exception de la boite, fabriquée en Italie). Depuis, Agnès Beuchet a déjà créé une nouvelle gamme (« mako déco ») et s’attèle à étendre le rayonnement de mako moulages à l’international.

Mako moulages en chiffres :

  •  Années 60 : naissance de la marque
  •  2014 : date de renaissance
  •  930 k€
  •  1 salarié
  •  7 marques dans le portefeuille de titres
  • 65 000 coffrets vendus en 2015