Internationales

Rencontre internationale des comités de lutte contre la contrefaçon

05 / 07 / 2018
Vincent Carré, responsable du service réseau international INPI et Stéphanie Leguay, coordinatrice du CNAC pour l’INPI ont reçu les représentants du Maroc, de la Côte d’Ivoire, des Emirats Arabes Unis et de l’Italie lors d’une journée de rencontre internationale autour de la lutte contre la contrefaçon.
 
Crédit image INPI

Placé sous l’égide du Ministre chargé de la propriété industrielle, le CNAC est une instance d’échange, de concertation et de coordination entre partenaires publics et privés. Le comité est actuellement présidé par Richard Yung, Sénateur des Français établis hors de France. L’Institut national de la propriété industrielle (INPI), qui joue un rôle central en matière de lutte contre la contrefaçon, en assure le Secrétariat général.

Suite aux rencontres CNAC EUROMED, les pays partenaires du CNAC les plus impliqués dans un processus opérationnel se sont réunis deux jours à Lyon (3 et 4 juillet) dans les locaux de la délégation INPI Auvergne-Rhône-Alpes.

Chaque Etat a présenté une action phare de son programme stratégique ainsi qu’une problématique à laquelle il est confronté. Une rencontre a ensuite été organisée avec Françoise Dorcier, coordinatrice du Programme INTERPOL sur les marchandises illicites et la santé mondiale.

L’événement avait pour but :

  • de définir des actions précises à engager de manière simultanée et/ou collective dans nos pays respectifs ou à l’égard de pays tiers ;
  • d’identifier des secteurs et des zones d’actions prioritaires ;
  • d’envisager les pays avec lesquels une coopération pourrait être utilement renforcée ;
  • de partager des bonnes pratiques.

Réseau CNAC EUROMED

Les réunions du réseau CNAC EUROMED ont eu lieu depuis 2008. Elles ont pour objectif de créer des points de contact parmi les responsables de la coordination nationale de la lutte anti-contrefaçon (plateforme type CNAC en France ou Office de la PI) afin de renforcer la coopération euro-méditerranéenne en matière de respect des droits de propriété intellectuelle en vue :

  • D’identifier les thématiques à traiter dans le cadre de l’assistance technique ou d’échanges de bonnes pratiques ;
  • De constituer une liste d’experts nationaux ;
  • D’organiser une session annuelle de formation ou un atelier d’échanges sur une thématique précise en ciblant les participants pertinents.