Traxens renforce sa position grâce à l’analyse des données

Lauréat des Trophées INPI 2018 dans la catégorie brevet, Traxens développe une technologie de suivi de conteneurs en temps réel pour l’industrie des transports de marchandises. L’entreprise marseillaise passe aujourd’hui à l’étape supérieure et ambitionne de créer et offrir, grâce à sa technologie, de nouveaux services à valeur ajoutée. Sylvain Prévot, en charge de la stratégie, revient sur leurs nouveaux et ambitieux projets.
 

  • En 2018, vous avez été Lauréat des Trophées INPI dans la catégorie Brevet, grâce à votre technologie de boitiers électroniques qui permet la traçabilité des conteneurs. Que s'est-il passé depuis ?
     

Depuis notre remise de prix en 2018, nous avons consolidé nos partenariats et plus particulièrement nos relations avec les armateurs, dont les trois plus grands européens : CMA CGM, MSC et Maersk.

Nous avons par ailleurs renforcé notre stratégie d’ouverture à l’international, tout particulièrement vers l’Asie. Les départs de conteneurs se font majoritairement depuis la Chine ; certains des plus gros armateurs du monde sont asiatiques, il est donc primordial que nous nous positionnions sur ce marché. Parmi nos investisseurs figure déjà Itochu, un conglomérat japonais qui distribue notre produit en Asie. Avoir des partenaires locaux est la clé et renforce notre crédibilité sur ces marchés.

Nous collaborons également avec la Digital Container Shipping Association, qui réunit les plus importants armateurs du monde et leurs partenaires, pour créer des « standards », c’est à dire des normes technologiques communes à tous les acteurs de l’industrie du transport maritime. L’idée est de créer un modèle commun, une technologie compatible à tous les conteneurs afin que les données récoltées puissent être échangées et consultées par tous les opérateurs.

 

  • En aout 2019, vous avez réalisé une importante levée de fonds. Un succès qui vous permet de poursuivre votre développement. Pouvez-vous nous parler de vos futurs projets ?
     

L’enjeu premier de Traxens est d’accélérer le déploiement de l’infrastructure, c’est-à-dire d’équiper de nouveaux conteneurs avec nos boitiers électroniques.

Cet objectif est lié à notre seconde ambition : exploiter les informations mises à disposition par notre solution pour créer et offrir de nouveaux services à valeur ajoutée.

Pour mieux comprendre, prenons l’exemple d’un conteneur réfrigéré.

Grâce au boitier, le conteneur est connecté. Ainsi, nous savons d’où il est parti, s’il est sorti de son plan de voyage, si la chaine du froid a été respectée et quand le conteneur a été ouvert et fermé.

Toutes ces données sont remontées en quasi temps réel et confrontées à toutes les autres informations collectées sur les autres conteneurs connectés.

Avec cette masse d’informations nous pouvons alors imaginer la mise en place de différents services : anticipation, prévention, sécurisation, maintenance, analyse de risque...

Ces services sont destinés en premier lieu aux compagnies maritimes, mais pas seulement. Ces services pourront à terme être étendus à l’ensemble des acteurs impliqués dans le transport maritime conteneurisé (terminaux maritimes, douanes, assurances, banques…).

  • Dans un monde où la transition écologique devient centrale et où la question des transports moins polluants prend de plus en plus d’importance, comment vous positionnez-vous ?
     

Chez Traxens nous pensons que la technologie va jouer un rôle important pour accompagner la transition vers des transports et de la logistique plus responsables. Il y a notamment un fort enjeu pour la France et l’Europe de transformer le transport régional.

Grâce aux conteneurs connectés, nous améliorons la synchronisation entre les différents acteurs, nous permettons un meilleur contrôle des marchandises, mais surtout nous pouvons tracer de manière précise et systématique l’empreinte carbone et ainsi la monitorer.

 Nous sommes convaincus que les conteneurs connectés vont permettre de promouvoir le transport multimodal, soit l’utilisation de moyens de transports massifiés (cabotage maritime, transport ferroviaire, transport fluvial), et contribuer ainsi à répondre aux enjeux de la transition écologique.

 

  • Vous aviez avant votre remise de prix suivi des formations proposées par l'INPI et déposé plusieurs brevets. Où en êtes-vous aujourd’hui ? Votre ouverture vers l'Asie, a-t-elle eu un impact sur votre stratégie PI ?
     

Par nature notre marché est très international, car les conteneurs transitent partout dans le monde. Les brevets que nous avons déposés ont donc été enregistrés dans un nombre important de pays, dont les pays asiatiques. Les prochains brevets que nous déposerons s’inscriront dans cette même logique. 

Bien que nous n’ayons pas déposé de nouveaux brevets depuis 2018, la propriété industrielle reste au cœur de notre stratégie. Nous nous sommes développés grâce à des innovations de rupture en termes de technologie électronique. Nous nous sommes depuis renforcés fortement sur l’axe digital et les brevets de Traxens seront de plus en plus orientés sur les technologies digitales requises pour développer nos nouvelles offres de services.