Proludic joue sur un terrain de jeu mondial

Finaliste des Trophées 2021 catégorie « export », Proludic conçoit, fabrique et installe des équipements de loisirs de plein air depuis plus de 30 ans. Fortement implantée à l’international, l’ETI originaire de Vouvray propose aux collectivités, écoles, résidences de vacances ou encore centres commerciaux, des installations ludiques innovantes, durables et personnalisables. Rencontre avec son président, Denis le Poupon, et son fils, Philippe Le Poupon, Vice-Président.
  • Pour les gens qui ne vous connaitraient pas, pouvez-vous nous expliquer l’activité de votre entreprise ?


Denis Le Poupon : Proludic est le 1er fabricant français d’équipements de jeux et de sport de plein air à destination des collectivités locales et territoriales et un des leaders européens du marché.

C’est au début des années 80, j’étais alors paysagiste, que j’ai eu l’idée de fabriquer un jeu en bois pour une école maternelle. J’ai alors décidé de poursuivre dans cette voie, en fabriquant les premiers jeux en rondins de châtaigniers et en fondant la société.

Au fur et à mesure des années, le design a évolué, les équipements de loisirs (structures multifonctions, portiques, panneaux d’escalade, jeux d’équilibre, mobilier…) se sont multipliés et la commercialisation s’est étendue à toute la France. Dès 1990, nous avons exporté notre savoir-faire à l’international grâce à des partenariats exclusifs avec des distributeurs étrangers, puis commencé à ouvrir des filiales commerciales en Allemagne, Italie, Angleterre, Australie et Pays-Bas. Aujourd’hui, notre réseau s’étend en Europe (Espagne, Irlande, Norvège, Belgique…) et bien au-delà (Chine, Colombie, Nouvelle-Zélande, Russie, Malaisie, Emirats Arabes Unis…). Fort d’un savoir-faire éprouvé et de facultés à s’adapter à chaque marché, nous sommes présents dans plus de 50 pays, réalisons 75 % de notre chiffre d’affaires à l’export et avons aménagé plus de100 000 espaces de loisirs.

Notre siège social et notre site de production sont situés à Vouvray, en Indre-et-Loire, où 180 de nos collaborateurs ont leur bureau, sur les 280 que nous employons à travers le monde.

 

  • Quelle est votre stratégie d’innovation et de propriété industrielle ? A-t-elle contribué à votre croissance, à votre développement à l’export ? Vous a-t-elle permis de nouer de nouveaux partenariats ou encore de rassurer des investisseurs ?


Philippe Le Poupon : L’innovation est au cœur des valeurs de Proludic. Depuis plus de 30 ans, nous développons des solutions d’aménagement adaptées aux besoins de chaque utilisateur : des tout-petits au plus grands, nos univers de gamme sont riches d’histoires et d’éléments graphiques uniques. A plusieurs reprises, nos concepts ont été primés par des récompenses qui participent à la notoriété internationale de la marque (Janus de l’industrie en 2004 et 2009, Good Design Award à 6 reprises de 2015 à 2020). Nous innovons en prenant en compte les évolutions technologiques et sociétales, ainsi que les besoins de développement de l’enfant, notamment grâce à notre réseau interne et international d’experts.

Notre flexibilité, ainsi que l’intégration de nos savoirs faires industriels - depuis la création jusqu’à l’installation des produits, nous permettent de transformer rapidement des concepts innovants en solution d’aménagements pertinentes et fiables. Nous investissons par ailleurs continuellement dans notre outil industriel pour favoriser l’innovation grâce à une totale indépendance financière et de gouvernance.

Nous consacrons plus de 20 000 heures par an à l’innovation, un investissement de taille qui nous pousse à systématiquement déposer nos nouveaux modèles sur leurs marchés, avec l’aide notamment de cabinets juridiques spécialisés en protection intellectuelle. Une protection que nous mettons en avant en la relayant sur l’ensemble de nos supports commerciaux (site web, catalogue, brochure…).

Enfin, nous étudions les remontés de contrefaçons et nous décidons au cas par cas des actions pour défendre nos droits.

 

  • Que représente pour vous cette nomination aux Trophées INPI ?


P. L. P. : Un des enjeux de la propriété industrielle (PI) est de protéger nos investissements consacrés à l’innovation. Face à une recrudescence des cas de contrefaçon ces dernières années, en particulier sur les marchés internationaux, nous avons engagé une politique stratégique de défense de notre ^propriété intellectuelle. Celle-ci nous demande un investissement fort et cette nomination aux trophées INPI nous permettra de renforcer cette stratégie.

 

  • Vous avez bénéficié de plusieurs prestations proposées par l’INPI. Pouvez-vous nous en dire plus ? Et que vous ont-elles apporté ?


D. L. P. : Nous avons eu l’opportunité d’échanger régulièrement avec l’experte de l’INPI dans notre région, qui a pris le temps de nous connaître, d’assimiler nos problématiques et nos contraintes marché. Elle nous a confortés dans nos choix de défense préventive de la propriété industrielle, notamment sur le sujet du dépôt des marques et dessins & modèles. Pour notre défense « curative » des cas de contrefaçon à l’export, nous avons également été mis en relation avec les correspondants INPI à l’international, en charge des marchés pour lesquels nous rencontrons des difficultés.

Nous recevons également le programme de formation de l’INPI que nous consultons avec intérêt : nous sommes en attente d’une formation répondant aux plus près à nos problématiques terrain.

 

  • Avez-vous un conseil à donner aux entrepreneurs, dans le domaine de la propriété industrielle ?


D. L. P. : Nous sommes de plus en plus confrontés à l’obstacle majeur qu’est la non-reconnaissance de la Propriété Intellectuelle à l’export. Les lois locales ne protègent pas toujours les entreprises innovantes et leurs créations : mener des actions contre la contrefaçon sur les marchés où la protection intellectuelle n’est pas protégée peut vite devenir une épreuve contraignante. Une défense (proactive ou curative) demande un engagement fort en temps, ressources, moyens, savoir-faire et conseils de partenaires externes spécialisés dans la propriété intellectuelle. Il faut parfois imaginer des pistes qui sortent des sentiers battus. Il faut également faire attention à la frénésie médiatique et à la pertinence de la stratégie de communication qui l’entoure.

Il est donc important, pour toutes les entreprises qui s’exportent ou souhaitent s’exporter, de mener une réflexion stratégique sur la propriété intellectuelle à l’export : quels sont les enjeux, protéger sa propriété intellectuelle en vaut-il la peine, faut-il éviter d’exporter vers des marchés corrompus ? Enfin, il est nécessaire de bien vérifier de ne pas être soi-même contrefacteur, en vérifiant l’originalité de ses propres modèles mis sur les marchés !

Chiffres et infos clés * :

          - Date de création : 1988     

          - CA 2021 groupe : 70 M€Dont 52 M€ réalisés à l’export
            Dont 52 M€ réalisés à l’export

          - Effectif 2021 : 300

 

Portefeuille de titres :

          - Marques françaises et internationales : 26
          - Dessins & modèles français et internationaux : 187

* déclaratif entreprise 

 

Accompagnement INPI :

          - Echange téléphonique avec un expert INPI
          - Rendez-vous en entreprise