MAISON ROZE tisse son savoir-faire depuis 360 ans

Finaliste des Trophées INPI 2020 catégorie Marque, la maison ROZE est la plus ancienne manufacture de soie en France. Depuis sa création en 1660, elle est spécialisée dans la fabrication d’étoffes pour l’ameublement haut de gamme. La PME ambitionne aujourd’hui de devenir un acteur à part entière de la décoration grâce à une marque forte et reconnue. Rencontre avec Arnaud Lebert, à la tête de la société depuis 2018.
 

  • Pouvez-vous nous parler de l’activité de votre entreprise en quelques mots ?


Arnaud Lebert : Installée à Tours depuis sa création en 1660 par Jehan-Baptiste Roze, la maison ROZE tisse des étoffes d’ameublement et soieries : tentures, rideaux, fauteuils, coussins …. Une histoire qui dure et qui fait de nous la plus vieille manufacture de soie en France.

C’est en 2018 que j’ai repris le flambeau de l’entreprise, après que douze générations de Roze se soient succédées, perpétuant ainsi son savoir-faire ancestral à travers ses 25 métiers à tisser.

Aujourd’hui, nous avons pour ambition de relancer la filière de la soie en France, et plus particulièrement en Touraine, en commençant par planter de nouveaux mûriers, dont les feuilles fraiches nourrissent le ver à soie. Pour préserver la diversité des variétés de mûriers, nous avons par ailleurs initié un projet de création d’un Conservatoire. C’est au Château d’Amboise qu’il prendra racine,  en lien avec la lettre de Louis XI signée à Amboise le 12 mars 1470 par laquelle il décide l’implantation de première la manufacture de soie à Tours après le refus des lyonnais d’accueillir les artisans italiens.

Bien que l’histoire et le cœur de métier de  MAISON ROZE soient essentiels, nous nous tournons de plus en plus vers l’innovation. D’ici quelques années, nous espérons pouvoir tisser à partir de matières végétales, comme la fibre tirée de la tige de tomate ou de rosier.

Nos créations habillent notamment des châteaux, des hôtels, des décors de films, et des  propriétés de particuliers. Nous collaborons avec des décorateurs, tapissiers, architectes d’intérieur… mais nous ne connaissons pas souvent nos clients finaux. Nous réalisons 80 % de notre chiffre d’affaires à l’étranger, principalement aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

 

  •  Que représente pour vous cette nomination aux Trophées INPI ? 


A. L : Cette nomination aux Trophées est une grande fierté pour toutes nos équipes. C’est une reconnaissance de notre savoir-faire autour d’une marque : MAISON ROZE.

Nous sommes encore trop méconnus du grand public, ce qui est surprenant compte-tenu de notre histoire et de notre longévité, mais nous travaillons depuis deux ans pour renforcer notre identité. Que l’INPI nous identifie est une preuve que ce travail paye, que nous commençons à rayonner à plus grande échelle.

 

  • Vous êtes finaliste dans la catégorie Marque, en quoi votre stratégie de propriété industrielle est-elle un levier de croissance


A. L : Historiquement, nous fabriquions des tissus pour des éditeurs, qui vendaient nos créations en leur nom. Aujourd’hui notre objectif est de devenir un acteur majeur et à part entière de la décoration d’intérieur, en France et à l’international, grâce à notre savoir-faire d’exception. Pour y parvenir, il est primordial d’avoir une marque forte, définie et reconnue, et cela passe par sa protection. En protégeant notre marque, nous protégeons notre histoire, ce que nous sommes et ce que nous faisons.

Depuis ce changement de cap il y a deux ans, nous constatons déjà des résultats. Nous avons beaucoup plus de demandes via notre site Internet et avons été récompensés par deux prix : le Top des Entreprises et le Top des Tops lors du Top des Entreprises de l’Indre-et-Loire.

 

  • Avez-vous un conseil à donner aux entrepreneurs ?


A. L : Déposez des titres de propriété industrielle, mais déposez-les bien. J’ai trop souvent réalisé des dépôts dans la précipitation. Or il vaut mieux prendre le temps, pour ne pas déposer n’importe comment, car cela représente un risque de n’être protégé que partiellement.

Mon accompagnement par un expert de l’INPI m’a permis de prendre conscience de l’importance de faire les choses dans l’ordre et correctement. Faites-vous accompagner, conseiller, prenez le temps de vous renseigner et de faire une recherche d’antériorité. Votre protection n’en sera que meilleure.

 

Accompagnée par l’INPI depuis l’arrivée de M. Lebert à la tête de Maison Roze en 2018, la société bénéficie d’un suivi régulier, notamment pour l’aider dans sa démarche de structuration de la filière soie en Touraine. Fin 2019, un projet d’indication géographique (IG) est né. L’INPI Centre Val de Loire suit de près ce dossier qui pourrait devenir la première IG de la région.

  • Damas murale
  • Brocatelle
  • Atelier de tissage, Saint-Avertin, Touraine
  • Atelier de tissage, Saint-Avertin, Touraine
  • Tissage
  • Tissus
  • Dirigeant MAISON ROZE : Arnaud Lebert