Sericyne ne cesse de tisser d’innovants projets

Trophée INPI 2018 dans la catégorie Design, Sericyne détient un savoir-faire unique au monde : une soie non tissée 100 % naturelle, mise en forme directement par les vers à soie qui la produisent. Nous avons voulu savoir comment la PME avait évolué depuis. Retour avec Clara Hardy, fondatrice et dirigeante, sur leurs récents projets.
 

  • En 2018, lorsque vous avez été nominée dans la catégorie « Design » des trophées INPI, vous avez répondu à nos questions et disiez avoir pour ambitions de relancer l'élevage des vers à soie en France, et que la soie Sericyne se fasse une place dans le monde du luxe. Où en sont vos différents projets aujourd'hui ?


Clara Hardy : Concernant la relance de la filière de la soie en France, nous avons beaucoup avancé. Nous sommes la première et seule entreprise en France à produire une soie 100 % française et naturelle. Nous avons de plus en plus d’éleveurs de vers à soie, dix aujourd’hui, qui travaillent avec nous. Nous avons également lancé un projet de plantation de mûriers, l’arbre qui permet de nourrir le ver à soie : 10 000 mûriers, soit environ 3 hectares d’arbres, vont être plantés cette année.

Notre place dans le monde du luxe a également beaucoup évolué. Nous avons de plus en plus de clients prestigieux et de maisons de luxe qui nous contactent, principalement car ils sont à la recherchent de produits d’exception, fabriqués en France et écoresponsables. Notre produit correspond en tout point à cette recherche.

Nos autres projets sont encore confidentiels; parmi eux, un projet de marque de produits de cosmétiques, que vous aurez l’occasion de les découvrir prochainement.

 

  • Dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19, vous avez produit des masques en soie. Comment vous est venue cette idée, et dans quelles conditions s'est passée la fabrication ? Quelle a été la réponse des acheteurs ?


C. H. : Avant même que la crise sanitaire liée au Covid-19 n’éclate, j’avais constaté lors de mes recherches d’applications que la soie avait des propriétés filtrantes étonnantes. Nous avions alors réfléchi à un projet de masques anti-pollution, notamment pour les pays d’Asie, avec une esthétique, un design très mode. Mais nous n’avions pas poussé le sujet, ni ouvert le marché car nous avions d’autres projets et qu’il n’était pas possible de tout réaliser en même temps. Et puis finalement, cette crise a fait resurgir le projet.

Nous sommes alors rapidement passés de l’idée à l’exécution. Nous avons fait partie des premiers à envoyer des prototypes à la direction générale de l’armement, qui centralise les tests de filtration et de respirabilité.

Les résultats ont démontré que notre soie répondait aux normes, mais surtout qu’elle avait des réelles vertus de filtration et de respirabilité. Les retours ont été très positifs, la soie permettant aux masques d’être très légers et donc agréables à porter.

Nous avons ensuite travaillé avec l’Afnor et avons fait partie du comité qui a mis en place les nouvelles normes des masques.

 Une première série de 3 000 masques a été vendue à la région Occitanie et à des entreprises locales.

Enfin nous avons récemment sortis de nouveaux masques, qui allient les propriétés nécessaires de filtration et de respirabilité, à un design plus mode et exceptionnel. Ils sont en vente sur notre e.boutique.

  • Depuis votre Trophée INPI votre stratégie de propriété industrielle a-t-elle évolué ? Vous aviez alors déposé un brevet et envisagiez d’en déposer un autre.


C. H. : Nous avons toujours pour objectif de déposer un nouveau brevet. Nos projets en cosmétiques notamment ont beaucoup évolué en 2019, mais avec la crise sanitaire liée au Covid-19, ils sont à l’arrêt. Nous espérons pouvoir en déposer un nouveau lorsque nos activités reprendront normalement. 
 

  • Vous avez très récemment lancé votre site e.Commerce. Pouvez-vous nous dévoiler vos projets de développement pour les années à venir ? 


C. H. : Notre méthode de vente était jusque-là cantonnée au B to B, via des projets sur mesure et des commandes spéciales, pour décorateurs, maisons de luxe, designer…

Mais nous nous sommes aperçus que de nombreuses personnes s’intéressaient à notre approche, à notre projet et à notre produit. L’ouverture de notre site e.Commerce est l’occasion de développer le B to C et de s’adresser à ces clients potentiels.

Nous leur proposons ce qu’on appelle « la Gamme Sericyne » : pour l’instant des accessoires et de la décoration en soie. Mais de nouveaux  produits vont progressivement arriver sur le site.