BLABLACAR

Trophée marque 2015, l'entreprise française est le leader mondial du covoiturage.
 

On ne change pas le monde en 2 ans

Frédéric Mazzella, président fondateur

Doit-on encore présenter BlaBlaCar ? La plateforme communautaire payante de covoiturage, créée par le français Frédéric Mazzella il y a une dizaine d’années, revendique aujourd’hui 20 millions de membres à travers 19 pays. Une success story qui ne s’est pas faite en jour précise son président fondateur : « Je ne pensais pas mettre autant de temps à développer mon idée, mais on ne change pas le monde en deux ans ! ».

D’un système D peu fiable à un service de confiance

À Noël 2003, Frédéric Mazella ne trouve aucune place dans le train pour rentrer de Paris à sa Vendée natale. Lui qui a beaucoup pratiqué le covoiturage pendant ses études aux Etats-Unis se plaît à imaginer un système online de mise en relation entre conducteurs et passagers. Il passera deux ans à « coder » le projet avant de créer en 2006 sa société Comuto et le site covoiturage.fr.

Ce dernier deviendra BlaBlaCar sept ans plus tard. Un nom mémorisable, attachant et universel directement inspiré du système de classification entre les membres qui s’auto-désignent plutôt Bla, BlaBla, ou BlaBlaBla – c’est-à-dire plus ou moins bavards. Des années pendant lesquelles le site va attirer de plus en plus de membres, améliorer ses services, passer au mobile, signer des partenariats, mais aussi tester plusieurs modèles économiques !

Pour Frédéric Mazzella, le tournant se situe en 2011 lorsque la réservation en ligne payante est lancée. Cet engagement réciproque entre conducteurs et passagers divise par dix le nombre de désistement qui était alors le problème n°1 du site. « On passait d’un système D peu fiable à un service de confiance » se remémore le créateur du site. C’est également ce qui permet d’augmenter la moyenne d’âge des utilisateurs et de rendre le site « mainstream » – c’est-à-dire plus grand public.

Enfin, le modèle économique est trouvé : BlaBlaCar prendra une commission d’environ 11% sur chaque transaction. A l’époque, cette nouveauté ne fait pas que des heureux… mais Frédéric Mazzella s’en défend pragmatiquement : « Beaucoup pensent que tout est gratuit sur Internet, mais il fallait bien trouver un business model. C’est aussi ce qui a permis le développement et succès de BlaBlaCar : nous n’étions qu’un million de membres à l’époque, nous sommes 20 millions maintenant ! ». Une croissance exponentielle pour une entreprise qui ne cesse par ailleurs de battre des records de levée de fonds : la dernière en 2015 s’élève à 200 millions de dollars !

Une marque nouvelle génération

Pour Frédéric Mazella, BlaBlaCar est loin du modèle unilatéral voire paternaliste des grandes marques à l’ancienne : c’est une marque communautaire et de proximité qui vit et grandit par échanges permanents avec ses utilisateurs. Elle représente d’ailleurs l’une des plus grandes communautés de consommation collaborative au monde. Son fondateur aime à dire que les membres viennent pour faire des économies… et restent pour la convivialité !