Le récepteur radio (1918)

Lucien Lévy dépose le brevet du superhétérodyne, l'ancêtre du récepteur radio en 1918, avant de fonder les établissements Radio L.L en 1926.
 
Brevet n°506297, déposé le 1er octobre 1918 / Crédit image : AGENCE SECRÈTE

Superhétérodyne… Derrière ce mot mystérieux, qu’on croirait sorti d’un roman de Jules Verne, se cache un système encore utilisé de nos jours dans les récepteurs radio et télé pour la recherche et le changement de fréquence.

Un mécanisme inventé par Lucien Lévy en 1918, dont la paternité a été revendiquée par de nombreux autres inventeurs de par le monde…

Ingénieur de formation, Lucien Levy prend la direction du laboratoire de radiotélégraphie militaire de la tour Eiffel en 1916. Travailleur acharné, il réalise successivement le plus puissant poste de télégraphie sans fil de la tour, le premier amplificateur à basse fréquence permettant d’écouter les conversations téléphoniques ennemies, la télégraphie par le sol (TPS)… En 1917, il rédige un premier brevet sur le montage superhétérodyne, puis un second en 1918, donnant ainsi naissance à une invention majeure pour le développement de la TSF. Ses brevets, il les exploite pour la fabrication de postes radio – notamment le célèbre Synchrodyne – commercialisés par les établissements Radio LL, qu’il fonde en 1926. Et pour donner tout son sens à l’objet, il lance parallèlement Radio LL, l’une des premières radios privées en France, qui émet jusqu’à son rachat en 1935 par le publiciste Marcel Bleustein.

Brevet n°493660, déposé en août 1917

Brevet n°506297, déposé le 1er octobre 1918