Le pneu radial ou l'increvable bidendum (1946)

L'entreprise Michelin brevète le pneu radial en 1946. Loué pour ses qualités techniques, son succès commercial propulsera l’entreprise aux premiers rangs mondiaux. Apparue dès 1898, l'image de bibendum, élue meilleur logo du siècle, participe aussi à cette reconnaissance internationale.
 
Brevet n°1 001 585, déposé le 4 juin 1946 / Crédit image : AGENCE SECRÈTE

C’est une Écossaise, nièce du savant Macintosh, qui introduit le caoutchouc en Auvergne en 1829, en fabriquant des balles pour les enfants, à l’aide d’une machine inventée par son époux, Édouard Daubrée. Ce dernier crée en 1832 une petite fabrique, reprise en 1889 par les frères André et Édouard Michelin.

En 1891, après avoir aidé un cycliste à réparer une crevaison, les deux frères imaginent un pneu démontable. Une invention qui équipe, l’année suivante, le vélo de Charles Terront, vainqueur de la course Paris-Brest. Dès lors, l’entreprise entame une progression spectaculaire. Estampillée « Bibendum » dès 1899, elle tente toutes les expériences : équipement de l’Eclair – la première voiture dotée de pneumatiques – et de l’automobile électrique la « Jamais contente », invention de la Micheline – l’autorail monté sur pneus -, diversification des gammes de pneumatiques… et même création des cartes, guides et bornes Michelin !

En 1946, Michelin brevète une solution d’avant-garde : le pneu radial. Commercialisé en 1949 sous le nom de Michelin X, il présente des risques de dérive moins importants que ses concurrents et dure deux fois plus longtemps. Adopté par la majorité des constructeurs européens dès 1955, il est progressivement adapté à divers types de véhicules et amélioré. Son succès commercial propulse l’entreprise aux premiers rangs mondiaux. Le groupe est aujourd’hui l’un des fleurons de l’industrie française.

Brevet n°1 001 585, déposé le 4 juin 1946