La cocotte-minute (1953)

Lorsque les frères Lescure présentent leur cocotte-minute au Salon des Arts Ménagers en 1954, elle est refusée. L'histoire et les ménagères leur donneront pourtant raison : la même année, ils en vendront 130 000 exemplaires, 500 000 six ans plus tard un million par an aujourd'hui.
 
Brevet n° 1088663, déposé le 17 septembre 1953 / Crédit image : AGENCE SECRÈTE

C’est Denis Papin qui invente en 1679 le premier autocuiseur à vapeur : son « digesteur d’aliments » est une marmite munie d’une soupape de sécurité et d’un couvercle bloqué par une traverse à vis. Un procédé repris, amélioré, puis popularisé notamment outre-Atlantique dans les années 1930 par la National Pressure Cooker Company. En France, ce sont les frères Lescure, propriétaires de la Société d’Emboutissage de Bourgogne (Seb) qui s’emparent du procédé et le perfectionnent en 1953 avec leur « Cocotte-Minute ». Elle est plus résistante et plus sûre : le fond de la marmite n’est plus soudé mais embouti et l’habituelle soupape en caoutchouc éjectable est remplacée un système à double soupape et à étrier, ce dernier venant se loger sous les oreillons de la cuve.

Malgré un refus de la part du Salon des Arts Ménagers en 1954, les Lescure s’obstinent. Et ils ont raison :
130 000 exemplaires sont vendus la même année et 500 000 six ans plus tard. Le groupe Seb est aujourd'hui un leader mondial du petit équipement domestique mais la Cocotte-Minute reste l’un de ses produits phares : un million d’exemplaires à destination de 150 pays sortent chaque année de l'usine de Selongey, son berceau historique en Côte-d’Or – et c'est bien !

Brevet n° 1088663, déposé le 17 septembre 1953