Les visages de l'innovation : Mathias Fink

 

Beaucoup parlent de moi comme un entrepreneur mais je suis un inventeur du public.

Mathias Fink, physicien et fondateur de l'institut Langevin

L'innovation est partout. Elle est aussi en chacun. Mais à quoi ressemble-t-elle ? L'INPI a demandé à celles et ceux qui font l'innovation en France de livrer leurs visions et convictions en la matière. Ils se complètent ou diffèrent. Ils montrent l'exemple ou interrogent. Ils forment Les visages de l'innovation.

Dans ce numéro, c'est Mathias Fink, grand physicien connu pour son miroir à retournement temporel, qui nous raconte son rapport à l'innovation. Celui qui se définit lui-même comme un « inventeur du public », à la tête de 70 brevets, est aussi à l'origine de 6 start-up à succès qui emploient 350 personnes. D'après lui, ce sont justement ces structures, et non les grands groupes, qui peuvent porter au monde les innovations de rupture.

Chercheur en physique fondamentale et potentiellement nobélisable, Mathias Fink est spécialiste de la propagation des ondes et de l'imagerie. Il a inventé dans les années 80 les miroirs à retournement temporel qui ont trouvé de nombreuses applications depuis, de la médecine à la téléphonie. Il est l'un des rares scientifiques en France à prôner et construire des ponts entre la recherche et l'industrie. Il est ainsi le fondateur de l'institut Langevin : une unité mixte de recherche du CNRS qui allie recherche fondamentale, recherche appliquée et création d'entreprises dans l'objectif de porter au meilleur niveau mondial la physique des ondes. Mathias Fink est par ailleurs membre de la Commission innovation 2030.