Île-de-France

Apinnov 2017 : la co-construction reste un enjeu d’innovation pour l’AP-HP

30 / 05 / 2017
La 14ème édition d’Apinnov a réuni les professionnels de santé, équipes médicales et soignants ainsi que les porteurs de projets à l’hôtel Potocki, à Paris le 23 mai 2017. Ces Rencontres de Transfert de Technologies permettent des échanges sur le potentiel innovant de l’AP-HP, acteur majeur de la recherche biomédicale en France. L’INPI, partenaire de l’événement, a remis le trophée du brevet prometteur à François Desgrandchamps, chef de service d’urologie de l’hôpital Saint-Louis.
 
Crédit image : AP-HP/P.Simon - Jean-Philippe Muller, Délégué responsable Ile-de-France à la Direction de l'action économique de l'INPI a remis le trophée du brevet prometteur à François Desgrandchamps, chef de service d’urologie de l’hôpital Saint Louis

La journée s’est ouverte sur une plénière sur le thème de l’innovation, le transfert de technologie et l’accélération de projets innovants. La remise des trophées ainsi que des rendez-vous d’affaires ont complété le programme pour finir sur des Workshops dédiés aux collaborations du secteur TIC & Santé. Retour sur les temps forts de l’événement :

Première session : transfert et valorisation de projets innovants issus du soin

Martin Hirsch, directeur général de l’assistante Publique-Hôpitaux de Paris a rappelé la dynamique croissante de créations d’entreprises rendues possible grâce aux accords de partenariats entre chercheurs, incubateurs, établissements publics  à caractère scientifiques et techniques (EPST)  et grands groupes. « C’est l’esprit de co-construction entre ces différentes équipes qui permet de développer l’innovation médicale en France ». Il faut continuer à faire évoluer la culture des chercheurs qui manquent encore de connaissance sur les dispositifs performants de valorisation.
Le transfert de technologie s’accélère aussi entre la recherche publique et les PME. Les SATT investissent majoritairement dans le domaine de la santé qui représente 30 à 50 % de leurs projets. Elles ont pour rôle de détecter l’innovation et d’accompagner les chercheurs sur la valorisation d’une innovation. « A chaque étapes clés, il faut mettre les bons outils et les moyens financiers nécessaires afin d’ouvrir la voie vers des licences à portée industrielle. » a déclaré Xavier Apolinarski, président de la SATT Paris Saclay. Cette session a aussi été l’occasion de rappeler le rôle de la fondation AP-HP pour la recherche créée en octobre 2015. Cette dernière a pour but de financer des projets de recherche mais aussi de fédérer toute une communauté de recherche grâce à la création d’une plateforme de développement et de production de médicaments de thérapies innovants notamment.

Trophées Apinnov : l’INPI récompense une figure de l’AP-HP

Cette année, l’INPI a remis le trophée du brevet prometteur à François Desgrandchamps, chirurgien urologue,  chef de service d’urologie de l’hôpital Saint Louis, AP-HP pour son procédé de dépistage du risque évolutif des tumeurs de vessie. 
Une simple prise de sang dans un laboratoire permet le pronostic et la surveillance d'un cancer de la vessie par la mesure des lymphocytes T CD8 et de leurs récepteurs itl2. « Ce test permet de mesurer notre aptitude à nous défendre contre le cancer de la vessie. Plus largement, ce mécanisme est une évaluation de défense anti-cancer. » explique François Desgrandchamps.
« Ce brevet concrétise l’aboutissement d’une collaboration étroite entre le service d’urologie et le centre d’énergie atomique (CEA) pour lequel je travaille depuis quatre ans. C’est l’expression de l’essence même de l’Assistance Publique qui est récompensée à travers ce prix, c’est-à-dire un centre hospitalo-universitaire avec une interface constante où chercheurs et cliniciens interagissent au service de l’innovation médicale. » ajoute-t-il. Ce brevet n° WO2016059195 a été enregistré à l’INPI le 21 avril 2016.
François Desgrandchamps n’en ai pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà déposé deux autres brevets à l’INPI : un implant artificiel destiné au remplacement de l’appareil excréteur urinaire chez l’être humain (brevet n° WO9835633) ainsi que le procédé de réfrigération d’une enveloppe destinée à maintenir un transplant à basse température (WO9601603 de 1996). 

Une prostate géante pour marquer les esprits

Dernièrement, François Desgrandchamps a eu l’idée de développer une prostate géante de 3 m de haut et 5 m de large, gonflable et ventilée, exposée dans le jardin de l’hôpital Saint-Louis (Xe) : un acte militant au service de la sensibilisation aux cancers masculins et plus particulièrement celui de la prostate. Il a confié la réalisation à la société Air et Volume, spécialisée dans la fabrication de structures gonflables et il a reçu des conseils de la part du designer Philippe Starck pour l’éclairage et la fabrication de la toile.

Partenariat entre chercheurs et PME : un duo gagnant

Parmi les intervenants des pitch en duo, la start-up Anatoscope accompagnée d’Eos Imaging ont clôturé la journée APinnov. Anatoscope propose des solutions logicielles permettant d’améliorer la conception de traitements personnalisés. À partir des données d’imagerie médicales ordinaires (IRM, CT-Scan, rayons X…), le logiciel peut construire un avatar numérique 3D qui reproduit l’anatomie exacte du patient. Cette technologie brevetée permet même de simuler les mouvements biomécaniques des efforts, de modéliser des troubles musculo-squelettiques ou dentaires et d’apporter le traitement virtuel à partir de toutes ces données. Anatoscope conçoit des prothèses, orthèses et appareils chirurgicaux personnalisés.

Cette start-up est le fruit d’une collaboration entre chercheurs du CNRS et de l’INRIA, de Montpellier et de Grenoble. Ils ont noué un partenariat avec Eos Imaging, le pionnier de l’imagerie médicale orthopédique 2D/3D. En unissant leurs compétences, ils ont réussi à combiner les modèles virtuels des patients d’Anatoscope aux images et aux données 3D issues des examens ou des applications orthopédiques d’Eos.  Avec l’aide d’Eos Imaging, la start-up a réussi à tisser de nombreux partenariats dans les hôpitaux et espère déployer ces logiciels dans 50 ans pays. À suivre…

Les rencontres AP-Innov

L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels (OTT&PI) de l’AP-HP, a créé les rencontres d’affaires APinnov, qui rassemblent et valorisent les projets innovants et ceux qui les imaginent, les conçoivent au sein des équipes de l’AP-HP. Rendez-vous incontournable depuis plus de 10 ans, APinnov valorise l’innovation hospitalière, favorise le transfert de technologies médicales, pour l’amélioration continue de la qualité des soins à l’hôpital.
Nouveaux médicaments, dispositifs médicaux, médicaments orphelins, tests diagnostics, logiciels, outils de rééducation, applications internet, télémédecine, etc… Ce sont plus de 600 participants, porteurs de projets, industriels, incubateurs d’entreprises, pépinières, conseils en propriété intellectuelle, financeurs publics et privés qui se retrouvent au cours de cette journée d’échanges et de rendez-vous. Les innovateurs peuvent y rencontrer les futurs partenaires industriels et les acteurs clés du secteur public ou du secteur privé qui s’intéressent, financent, développent ou protègent l’innovation.