Agriconomie : première place de marché pour les agriculteurs

Engrais, semences, pièces de tracteur… La société marnaise Agriconomie, lauréate des Trophées 2018 dans la catégorie Marque, a développé un site e-commerce proposant l’exhaustivité des produits nécessaires à une exploitation, aux meilleurs prix et avec une complète transparence. Rencontre avec Paolin Pascot, président et cofondateur.
 

> Quelle est l’activité de votre entreprise en quelques mots ?
Paolin Pascot : Clément Le Fournis, Dinh Nguyen et moi sommes enfants ou petits-enfants d’agriculteurs. Nous avons créé Agriconomie en 2014 pour offrir à la profession la possibilité d’acheter plus simplement, plus rapidement et à de meilleurs prix tout ce dont elle peut avoir besoin sur les exploitations. Le secteur de la distribution agricole était resté figé pendant des décennies et manquait de transparence. Et c’est de ce constat que nous avons ainsi lancé un site internet proposant aussi bien des engrais, des semences, des pièces détachées, de l’équipement d’atelier, des produits phytosanitaires que de la nutrition animale. Deux ans de R&D ont été nécessaires afin de concevoir des algorithmes capables de prendre en compte les multiples combinaisons des offres de matières premières disponibles partout dans le monde et de calculer avec précision le coût d’acheminement de ces produits jusqu’à l’exploitation. Pour la première fois, les agriculteurs connaissent enfin à l’euro près le coût d’achat de leurs produits, leur donnant du même coup une vision plus pointue de leur budget, ainsi qu’une sérénité dans la gestion de leur trésorerie. 50 % des agriculteurs français consultent chaque mois notre site. Si le succès est au rendez-vous, c’est qu’il y a une véritable innovation.

> Que représente pour vous cette nomination aux Trophées INPI ?
P.P.
: C’est une très bonne nouvelle, nous sommes étonnés d’être au dernier tour. Être reconnus par un acteur de référence de l’économie française est valorisant. Et cela contribue à nous crédibiliser et à nous donner plus de visibilité, surtout à un moment où nous sommes en train de faire une levée de fonds de 30 M€.

> Vous êtes nominé dans la catégorie Marque, en quoi votre stratégie de propriété intellectuelle est-elle un levier de croissance ?
P.P. 
: À date, nous avons déposé douze marques. Nous n’avons encore rien fait pour nos algorithmes mais nous y travaillons. La Propriété Intellectuelle (PI) est une valeur ajoutée très forte pour l’entreprise, elle fait partie de nos actifs. Elle nous assure une avance sur la concurrence. Et notre avance est telle que beaucoup de gros acteurs veulent utiliser notre technologie en marque blanche. Nous menons en ce moment une réflexion à ce sujet. Nous envisageons également de racheter des entreprises pour leur PI. En parallèle, nous continuons à développer notre offre : nous avons ainsi mis en place une plateforme d’informations, des outils d’aide à la décision, et nous allons lancer un site collaboratif sur les 1 000 questions les plus courantes.

> Avez-vous un conseil à donner à des entrepreneurs ?
P.P.
 : Il est important de se faire accompagner, et cela dès le début. C’est une erreur que nous avons commise de vouloir tout faire par nous-mêmes pendant trop longtemps. Et notamment en matière de PI, il ne faut pas hésiter à se faire coacher pour être certain de prendre les bonnes décisions au bon moment.