Actualités

Fil RSS ActualitésImprimer
Du 23 au 23/04/2014

Les offices français et brésilien de la propriété industrielle et le CIVC se félicitent du résultat obtenu au bénéfice de l’appellation Champagne

Cette étape décisive dans la reconnaissance de l'appellation Champagne est le fruit d'un travail de longue haleine mené par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC) depuis plus de 40 ans et de l'efficacité de la coopération technique engagée entre les INPI français et brésilien au cours des cinq dernières années, sur la base d'un accord de coopération signé en 2007, dans lequel les Instituts promettaient de conjuguer leurs efforts pour trouver les moyens de garantir une sécurité juridique à l’usage du terme « Champagne » au Brésil.

La demande d’enregistrement formelle a été présentée par le CIVC auprès de l’INPI du Brésil en 2011.

« Nous sommes très satisfaits de cette issue positive qui s’inscrit dans la stratégie conduite par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne, qui vise à assurer la protection de l’appellation d’origine contrôlée Champagne partout dans le monde » a indiqué Jean-Luc Barbier, directeur général du CIVC.

« Au-delà de la reconnaissance et de la protection juridique de l’AOC Champagne, produit symbolique pour la France du fait de sa renommée mondiale, c’est avant tout l’avancée du Brésil sur la protection des indications géographiques qui doit être saluée. Je me réjouis que l’INPI, grâce à la collaboration que nous entretenons depuis des années avec notre homologue brésilien ait ainsi contribué à cette reconnaissance. Cette annonce devrait conforter davantage de producteurs français à se rapprocher de notre experte PI au Brésil et de l’INPI brésilien, pour y obtenir la protection juridique de leurs appellations. Les deux offices sont fortement engagés ensemble dans le développement des coopérations entre nos deux pays, pour en favoriser la croissance dans le respect mutuel des intérêts de chacun » déclare Yves Lapierre, directeur général de l'INPI France.

Le Brésil s’est fortement investi, au cours des dernières années, dans le développement de ses propres indications géographiques, y compris pour désigner des vins mousseux.

« La diversité culturelle brésilienne possède un immense potentiel d'indications géographiques et d’appellations d'origine. Nous avons énormément travaillé pour sensibiliser les producteurs nationaux à l’utilisation cet enregistrement comme atout économique national » a déclaré le président de l'INPI Brésil, Jorge Avila.

Aujourd’hui, le Brésil détient déjà près d’une trentaine d’indications géographiques, agricoles ou non, reconnues par l'Office national et envisage un accroissement de ce nombre au cours des prochaines années.